11
sep.

Interview de Guy Juhel, bijoutier-joaillier

Guy Juhel est mon mentor, mon expert, mon critique et mon beau-père. Maître artisan bijoutier-joaillier pendant plus de 40 années, son expérience à une valeur inestimable pour Gemografic. Il s’est gentiment prêté au jeu des questions réponses.

Guy Juhel est mon mentor, mon expert, mon critique et mon beau-père. Maître artisan bijoutier-joaillier pendant plus de 40 années, son expérience à une valeur inestimable pour Gemografic. Il s’est gentiment prêté au jeu des questions réponses.

Te souviens-tu de ton premier jour à l’atelier ?

Pour être sincère pas réellement ! J’ai passé la plus grande partie de mon enfance dans l’atelier aux côtés de mon père, à jouer avec les outils, à l’écouter parler des pierres, à tourner les bijoux dans mes mains. Alors mon premier jour d’apprentissage a dû ressembler à tous les autres jours.

Tu te rappelles de ton premier bijou ?

Impossible d’oublier la première fois où tu apposes ton poinçon sur ta création. C’était une paire de larges alliances étrusques martelées, l’une en or jaune, l’autre en or blanc. Le martelage devait être précis et harmonieux, équilibré sur tout le pourtour des bijoux pour réaliser une paire quasi identique.

J’imagine que tu avais des clients fidèles…

C’est vrai, certainement parce que la création de leur bijou était le résultat d’un échange. Je connaissais leur vie, leurs moments de bonheur mais aussi leurs petits et leurs grands maux. J’étais un peu comme un médecin de famille. Tu sais, j’ai créé les bagues et fabriqué les alliances de quatre générations...

Qu’est-ce que tes clients diraient de toi ?

Question difficile… Je dirais exigeant et sans concession sur la qualité du travail.

Quelles sont les qualités d’un bon joaillier ?

Il faut d’abord être passionné car c’est un métier difficile. Il faut une technique parfaite, savoir la faire évoluer et ne jamais transiger sur la qualité.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaiterait se lancer ?

Il faut aimer les matières, vouloir toujours faire mieux, respecter les traditions mais penser modernité.

Guy Juhel dans son premier atelier (à gauche) Louis Juhel médaille d'or de la bijouterie (à droite)

Guy Juhel dans son premier atelier (à gauche) et Louis Juhel médaille d'or de la bijouterie (à droite)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus